Déclaration d’Elio Di Rupo à l’issue de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie

En ce 17 mai, journée mondiale de lutte contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie, le Ministre-Président à tenu à réagir :

« Nous sommes en 2021, et pourtant, l’homophobie, la transphobie et la biphobie tuent toujours. Le terrible assassinat de David à Beveren en mars dernier nous l’a douloureusement rappelé. Il est tout à fait inacceptable qu’aujourd’hui, l’identité de genre et l’orientation sexuelle amènent à des violences, voire à la mort. 

 L’homophobie, la transphobie, la biphobie et la haine n’ont pas leur place dans notre société. Un homosexuel, un bisexuel ou un transsexuel ne cherche qu’à vivre normalement. Il ne bouscule personne qui souhaite vivre autrement. Dans notre société, chacun doit pouvoir être lui-même, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre. 

 La vie de chacune et de chacun serait bien plus simple et plus sereine si nous étions plus tolérants et respectueux de l’autre.

 En guise de témoignage de mon engagement ainsi que celui du Gouvernement de Wallonie, le drapeau Arc-en-ciel sera hissé à l’Elysette en soutien à toutes les victimes d’ignobles violences à l’égard des LGBTQI+. 

 Les symboles sont importants, mais les actes doivent suivre, que ce soit en Wallonie et en Belgique ou à l’étranger. 

 Pour ce faire, à l’initiative de ma collègue Christie Morreale, nous avons ainsi décidé d’accroître le financement des 7 maisons Arc-en-Ciel de Wallonie et de leur Fédération faîtière en mobilisant un budget de 200.000 euros. Ces associations œuvrent au quotidien en soutien des personnes LGBTQI+, notamment via une aide sociale et juridique ou en accompagnement psychologique des personnes qui rencontrent des difficultés à vivre leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. 

 En tant que Ministre-Président en charge des relations internationales, j’entends également faire preuve de la plus grande fermeté au niveau international envers les gouvernements étrangers qui répriment les droits des LGBTQI+. Je l’ai fait en janvier dernier en fermant pour une durée indéterminée le poste diplomatique de la Délégation générale Wallonie-Bruxelles à Varsovie suite aux choquantes déclarations du président polonais. Je continuerai à agir en ce sens. 

 Depuis le début de mon engagement politique, je me bats jour après jour pour défendre la tolérance et la liberté d’être soi-même. N’ayez jamais peur d’être qui vous êtes »

Retour aux actualités