Mérites wallons : le Gouvernement met à l’honneur les acteurs qui contribuent à la fierté et au rayonnement de la Wallonie

Dans le cadre des Fêtes de Wallonie à Namur, le Gouvernement wallon a tenu ce samedi 17 septembre sa traditionnelle cérémonie de remise des décorations du Mérite wallon.

L’an dernier, le Gouvernement wallon a décidé de rendre un hommage reconnaissant

aux personnes qui ont combattu l’épidémie sans relâche ainsi qu’aux personnes qui ont été au cœur de l’action lors des inondations de juillet. Cette année, la cérémonie revêt un caractère plus classique. D’autres talents, d’autres engagements, d’autres contributions à l’intérêt général ont été aujourd’hui mis en lumière.

 

Les Mérites wallons ont été créé il y a 10 ans afin de « consacrer la reconnaissance des autorités wallonnes à toute personne physique ou morale dont le talent ou le mérite a fait ou fait honneur à la Wallonie dans une mesure exceptionnelle et contribue ainsi d’une façon significative à son rayonnement ». Au-delà de la récompense accordée à des qualités et des actions exceptionnelles, il s’agit de présenter aux Wallons des parcours pouvant servir d’exemples, soulignant le potentiel dont la Wallonie regorge dans tous les domaines. Le Mérite wallon est composé de quatre rangs : médaille, chevalier, officier, commandeur.

 

Lors de la cérémonie, le Gouvernement wallon a, dès lors, tenu à primer les personnes et institutions dont la Wallonie est particulièrement fière. Des personnes qui apportent énormément à la collectivité que ce soit par l’ampleur de leur dévouement, leur savoir-faire, leur engagement ou par l’originalité de leur talent.

 

Les secteurs concernés sont multiples et variés : le combat pour l’égalité, la promotion du patrimoine, les sports de haut niveau, l’entreprenariat au succès national et international,  l’art et la création ou encore le développement durable. « La Wallonie regorge de talents et de générosité. Elle s’appuie aujourd’hui sur cette richesse pour se développer et rayonner, dans tous les secteurs. Nous avons bien sûr des atouts géographiques, naturels ou patrimoniaux. Mais notre plus grand trésor est un trésor humain. Toutes ces femmes et tous ces hommes qui donnent le meilleur d’eux-mêmes, qui se forment, qui s’instruisent, qui se perfectionnent sans cesse », a précisé le Ministre-Président wallon Elio Di Rupo. 

 

Cette année, 9 femmes et 5 hommes ont été retenus ainsi qu’un grand talent à titre posthume. Par leur action, ces personnalités contribuent grandement au rayonnement de la Wallonie. « Tous ces parcours sont des parcours qui nous inspirent, qui nous montrent la voie, qui sont des exemples à suivre. Ils sont les symboles de tout le talent wallon ! », conclut le Ministre-Président wallon.

 

Nom                                                              Domaine                                                      Grade

Pierre RAPSAT                                           Monde du spectacle                                                     Commandeur

Mariette DELAHAUT                                  Parcours de vie                                           Commandeur

Dominique ROYNET                                   Droit des femmes                                                         Officier

Charles SZYMKOWICZ                              Arts                                                                                 Officier

Philippe DRAUX                                          Entreprise                                                 Officier

Nathalie DRAUX                                          Entreprise                                                                      Officier

Fabrice BRION                                             Entreprise                                                                      Officier

Aurélie WILLEMS                                        Mobilité                                                                          Officier

Hassan JARFI                                              Combat contre l’homophobie                                     Officier

Julie CLAUSSE                                            Accueil des migrants                                                   Chevalier

Luana DEBATTY                                         Sports                                                                             Chevalier

Hamide CANOLLI                                        Accueil des migrants                                                   Chevalier

Evy LENOIR                                                 Formation                                                                      Chevalier

Luc PETIT                                                     Patrimoine                                                                     Chevalier

Céline COURTOY                                       Transition agricole                                      Chevalier

CV des récipiendaires de la promotion 2022 du Mérite wallon : 

 

1. Charles SZYMKOWICZ

Né à Charleroi le 17 janvier 1948 de parents juifs polonais ayant fui les premiers pogroms et persécutions antisémites, Charles Szymkowicz est artiste-peintre. De 1963 à 1969, il est élève du grand peintre Gustave Camus à l’Académie royale des Beaux-Arts de Mons où il installe son atelier de 1969 à 1974. Il devient professeur de dessin àl'Académie des Beaux-Arts de Charleroi en 1976 et professeur de peinture à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles en 1980.

Il est un important pionnier de la nouvelle figuration et du néo-expressionnisme européen. La qualité, l'originalité et la force de ses œuvres ont fait de lui un artiste de premier plan à l'échelle internationale. Il a notamment exposé à Paris, Cologne, Berlin, Barcelona, Chicago, Jérusalem, Venise, Siena, Varsovie.

 

Sa peinture, puissamment novatrice, recherche toujours le choc frontal et elle possède une valeur artistique tout à fait unique.

 

Charles Szymkowicz est avant tout un peintre des visages. Grâce à lui, Rimbaud, Verlaine, Picasso, Van Gogh, Rodin, Ferré, Chaplin, Marx, Kafka… revivent.

 

Un autre aspect de sa riche personnalité est son altruisme, sa générosité mêlée de pudeur et de modestie.

 

Issu d’une famille juive polonaise dévastée dans les camps de la mort, Charles Szymkowicz connaît la valeur de chaque étincelle de vie et de là, peut-être, l’incandescence de sa peinture.

 

De là aussi cette volonté de lutter contre les oppressions d’où qu’elles viennent, et cette aspiration à une solidarité universelle qui, un jour, unira l’ensemble des « frères humains ».

 

Sa dernière exposition à La Boverie à Liège, de tous les commentateurs, fut magistrale et a été rehaussée par la visite de Sa Majesté la Reine Mathilde.

 

2. Mariette DELAHAUT

Discrète, centenaire depuis quelques mois, la Namuroise Mariette Delahaut a eu une vie extraordinaire, essentiellement tournée vers l’éducation des jeunes.

 

Madame Delahaut se souvient :  « J’avais 18 ans en 1940. L’exode, l’école des sœurs de Notre-Dame, où je suivais les cours, fermée. Un examen organisé à Charleroi pour donner leur diplôme aux rhétoriciens. Le refus des Facultés Notre-Dame de la Paix d’accueillir des jeunes-filles.  L’impossibilité de faire les trajets en train vers Louvain ou Liège. J’ai fini par suivre des cours de régendat dans une école normale, et où j’étais la seule élève de la section littéraire. Puis, je me suis inscrite comme ambulancière à la Croix-Rouge, ce qui m’a conduite notamment à ensevelir les corps de dizaines de Namurois tués lors des bombardements alliés d’août 1944. On n’a aujourd’hui aucune idée des difficultés de cette période... »

 

En 1953, elle obtient une bourse Fulbright et part aux USA où elle dirigera quelques années la mission des enseignants francophones en Louisiane.

 

De retour au pays, Mariette Delahaut a créé l’Ecole normale de Glons, de Lesves, et surtout celle de l’enseignement spécialisé primaire et secondaire à Jambes. Ecole qui porte son nom depuis 1996.

 

Directrice dans un métier exercé à l’époque uniquement par des hommes, elle a sans cesse innové par des méthodes de gestion modernes. Madame Delahaut a été anoblie par le Roi Philippe en 2017.

 

3. Luana DEBATTY

Agée de 29 ans, la Liégeoise Luana Debatty est l’une des meilleures karatékates de Belgique.

 

Déjà en compétition de karaté à l’âge de 12 ans et en équipe nationale à l’âge de 15 ans. Après une période où elle s’entraîne à la course à pied sous la férule de Roger Lespagnard, elle revient au karaté à l’âge de 18 ans. Ce sport coule dans ses veines.

 

Luana met à profit son expérience en athlétisme pour entreprendre un long travail de préparation. Elle réintègre immédiatement l’équipe nationale. Pablo, son entraîneur et papa, ne ménage pas ses efforts pour encourager sa fille.

 

Elle décrochera huit fois le titre de championne de Belgique de sa catégorie. Une régularité remarquable !

 

2017 a été « l’année Luana », la saison extraordinaire tant attendue.  Elle devient alors 7ème européenne et 15ème mondiale sur 400 classées. Excusez du peu. En 2018, elle remporte la médaille d’Or en série A à Madrid.  En 2021, elle quitte définitivement les tatamis. Désormais, Luana a repris la course à pied et donne des cours de karaté à de jeunes élèves, des coachings sportifs individuels et collectifs.

 

4. Céline COURTOY

Céline Courtoy est, avec son conjoint Régis Colin, à la tête de la ferme du Champ des Noces, une exploitation à taille humaine située à Saint-Géry, dans l’entité de Chastre.

 

Dans cette exploitation, le concept du champ à l’assiette est mis en lumière grâce au travail de culture, de meunerie et de boulangerie.

 

Céline Courtoy cultive elle-même ses céréales panifiables et réalise le circuit court et local, en contact direct et privilégié avec le consommateur.

 

Madame Courtoy est fortement engagée dans la transition agricole et est passionnée par le développement de l’être humain.

 

5. Hassan JARFI

Licencié en Communication, ancien professeur de religion islamique, Hassan Jarfi a fait de la lutte contre l’intolérance et les discriminations le combat de sa vie après l’assassinat homophobe de son fils, Ihsane, en avril 2012.

 

Ce drame, qu’il évoquera dans son ouvrage Ihsane Jarfi, le couloir du deuil, le pousse à créer en 2014 la Fondation Ihsane Jarfi.

 

Cette fondation, qui promeut une société de « Vivre ensemble » est la pierre angulaire, s’appuie sur quatre axes stratégiques : la culture comme vecteur de lutte contre l’intolérance, l’interculturalité comme mise en dialogue des univers de représentation, la jeunesse comme espoir dans l’avenir, le monde du travail comme lieu sans discriminations.

 

Les fonds récoltés au travers de la Fondation permettent de réaliser des actions de lutte contre l’homophobie.

 

Hassan Jarfi a également créé, avec le soutien de la Région wallonne, le projet « Le Refuge » qui offre un logement aux jeunes LGBTQI+ en rupture.

 

Monsieur Jarfi a reçu le titre de Docteur honoris causa de l’ULg en 2018 et obtenu le prix de la Coalition européenne des villes contre le racisme en 2022.

 

6. Philippe DRAUX et Nathalie DRAUX

Philippe Draux, CEO et fondateur de Quality Assistance, dirige avec sa fille Nathalie Draux, Directrice opérationnelle, l’entreprise active dans le secteur pharmaceutique innovant.


Créée en 1982 et ancrée depuis 1992 à Thuin, cette entreprise a acquis en 40 ans une renommée internationale pour son expertise en sciences analytiques dédiées au développement de nouveaux médicaments.

Cette entreprise travaille également activement à l’accès de ces médicaments pour tous.

 

La société occupe une place unique sur le marché grâce à la présence de tous ses laboratoires sur un seul site.

 

Une 5ème phase d’agrandissement vient de débuter.

 

Ce projet portera le nombre de ses collaborateurs à 350 et permettra de parfaire la formation, le développement des compétences métiers et relationnelles et le bien-être de son équipe.

 

7. Hamide CANOLLI

L’association Dora-Dorës (« main à main » en albanais), a été créée en 2003 par Hamide Canolli, réfugiée kosovare.

 

L’ASBL est devenue au fil du temps une association d’aide aux migrants de toutes origines, accueillant trente nationalités.

 

Des formations en langue française et à la citoyenneté, des tables de conversation, un atelier écriture, de l’aide administrative, du soutien scolaire et au passage du permis de conduire y sont notamment proposés.

 

L’ASBL a été reconnue en 2022 par la Région wallonne comme Initiative locale d’Intégration et comme agence de placement en insertion professionnelle.

 

Une apprenante déclare ceci : « Arrivée en Belgique, j’avais peur car je ne connaissais personne. Depuis que je fréquente l’ASBL, j’ai retrouvé confiance en moi. Je ne crains plus le jugement des autres. Je me suis fait des amis. Je vais apprendre le français et je suis à la recherche d’un boulot ».

 

Elle contribue aujourd’hui à l’accueil des Ukrainiens.

 

8. Aurélie WILLEMS

 

L’ASBL GRACQ – Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens – représente les usagers cyclistes en Belgique francophone et défend leurs intérêts.

 

Le GRACQ a pour objectifs de mobiliser un plus grand nombre de personnes autour de la pratique du vélo utilitaire en Wallonie et d’amplifier la représentation des cyclistes auprès des pouvoirs publics.

 

Le récent « Baromètre cyclable wallon » est un travail substantiel réalisé par l’ASBL pour objectiver la qualité des aménagements cyclables des communes wallonnes.

 

Le GRACQ effectue un travail quotidien pour sensibiliser les pouvoirs publics et les citoyens, et défend une société plus respectueuse de l’environnement.

 

9. Luc PETIT

 

En 2005, Luc Petit, directeur artistique et metteur en scène de spectacles, rencontre Michel Teheux, homme de lettres. Ensemble, ils inventent le concept d’opéras patrimoniaux.

 

Grâce à cette idée originale, des lieux chargés d’histoire deviennent eux-mêmes acteurs du spectacle, bien au-delà de l’écrin exceptionnel qu’ils constituent.

 

Messieurs Petit et Teheux ont créé L’ASBL Nocturnales qui est aujourd’hui un opérateur majeur dans la conception, la création et la production de spectacles valorisant le patrimoine.

 

Nombre de leurs productions telles que le spectacle d’hommage « Texas aggies go to War » sur le site du Mardasson à Bastogne, l’événement d’ouverture du bicentenaire de la bataille de Waterloo « Inferno », sur un poème de Victor Hugo, ou encore leur opéra urbain « Décrocher la lune » à La Louvière ont été primées à de nombreuses reprises au niveau international.

 

Nous pouvons citer également la tournée « Noël Cathédrales », « Les Fééries de Beloeil » ou encore « Le Petit Chaperon Rouge ».

 

10. Dominique ROYNET

 

Élève du docteur Willy Peers, cette femme médecin de première ligne mène depuis des décennies un combat incessant pour le droit à l’avortement et la défense des femmes dans les milieux défavorisés.

 

Et ce, sans misérabilisme et avec un sens de l’écoute hors du commun.

 

En 1992, elle créé un centre de planning familial à Jemelle (Rochefort) qui accueille des femmes venues du Sud de la Belgique, du Grand-Duché et de France.

 

« Nous aidons des femmes qui ne sont pas en condition d’avorter ouvertement, comme des mineures, des femmes mariées », précise le Dr Roynet qui entend leur rendre leur dignité.

 

Elle plaide également pour un enseignement accru de la santé reproductive et sexuelle.

 

11. Julie CLAUSS

Avec Elisa Léonard et Lara Leroy, Julie Clausse est l’une des fondatrices de l’ASBL Interra située à Liège.

 

Cette ASBL œuvre à la revalorisation de l’image de la personne migrante dans la société.

 

Des espaces de discussions et de partage entre primo-arrivants et personnes locales y sont créés. On y développe  également des outils pour renforcer l’autonomie des personnes migrantes et leur donner toutes les chances possibles pour s’intégrer et s’épanouir au sein de notre société.

 

En 2021, les fondatrices ont créé le premier incubateur d’entreprises à destination des primo-arrivants en Wallonie : L’Inter-lab.

 

Une initiative qui fait sens, que nous devons encourager.

 

12. Fabrice BRION

I-care Group est une entreprise leader dans la santé des machines industrielles.

 

Ses capteurs et plateformes digitales permettent de prédire et éviter les pannes.

 

Grâce à I-care, les industries du monde entier sont ainsi plus productives, plus sûres et plus respectueuses de l’environnement. 

 

Fondée en 2004 par Fabrice Brion et Arnaud Stiévenart, I-care, basée à Mons, connaît une croissance exceptionnelle.

 

La société compte aujourd’hui près de 700 employés, dont 450 en Région wallonne, ainsi que des bureaux dans 12 pays et des clients dans plus de 55 pays.

 

Un employé sur deux est actionnaire de la société, qui a été sacrée Entreprise de l’Année en 2020.

 

13. Evy LENOIR

Architecte paysagiste de formation, Evy Lenoir s’est réorientée et formée au métier de couvreur-ardoisier il y a plus de 20 ans.

 

Madame Lenoir  promeut la place de la femme, encore rare dans les métiers du bâtiment, et l’importance du savoir-faire.

 

Elle est également formatrice auprès des jeunes.

 

14. Pierre RAPSAT

Le prochain et dernier récipiendaire de la promotion 2022, vous le connaissez toutes et tous. Je vous propose de le découvrir en musique : « Les rêves sont en nous » ! Pierre Rapsat !

 

Il y a déjà 20 ans, en avril 2002, à Verviers, l’auteur-compositeur-interprète Pierre Rapsat nous quittait, après un long et courageux combat contre la maladie.

 

Cependant, à l’instar de tant de grands artistes disparus, sa musique est restée vivante, et est gravée dans nos mémoires et dans nos cœurs : Passagers de la nuit, Judy et cie, Ensemble, Gémeaux, Je suis moi, C’est toujours un mystère, Lâchez les fauves, Aurore…

 

La liste très longue de ses succès souligne l’extraordinaire talent de ce mélodiste-né au timbre de voix reconnaissable entre tous.

 

Retour aux actualités