Bilan de la présidence sarroise du Sommet de la Grand Région : Coopération renforcée à l’ère du Covid-19

Grande Région : La Sarre passe le relais au Grand Est

La pandémie du coronavirus a confronté toutes les régions et pays partenaires à des défis inédits. C'est ce qu'ont réaffirmé conjointement les Exécutifs aujourd'hui lors de l’ultime Sommet présidé par les Sarrois en visioconférence.

« Faire avancer la Grande Région ensemble » –telle était la devise sous laquelle le Ministre-Président de Sarre, Tobias Hans, avait fixé la présidence sarroise au Sommet début 2019. « Nous y sommes parvenu », résume le chef du gouvernement sarrois deux ans plus tard, « mais avant la pandémie, nous ne pouvions pas imaginer ce que cela représenterait réellement dans le contexte d'une crise mondiale. Cela a été un énorme tour de force qui n'est pas encore fini. Je tiens à remercier sincèrement toutes les personnes concernées dans la Grande Région pour leur implication et leur appui ». En dépit des restrictions, la coopération grand-régionale n’a pas été perturbée par la crise sanitaire : au contraire, les échanges ont été approfondis et intensifiés tant au niveau politique, entre les Exécutifs du Sommet, qu'au niveau opérationnel, entre les autorités et les administrations respectives grâce à des conférences téléphoniques et des vidéoconférences.

La lutte contre la pandémie et les mesures à adopter pour endiguer la propagation du virus ont été au centre des sommets des Exécutifs. «La solidarité au-delà des frontières dans notre région au cœur de l'Europe a sauvé des vies. Mais nous voulons être mieux préparés pour les crises à venir. À cette fin, les ministres de la santé de la Grande Région ont déjà adopté en décembre une déclaration qui définit les principes de base d'une action transfrontalière coordonnée en cas de pandémie ainsi que l'amélioration des soins de santé, qui seront traduits en accords-cadres bilatéraux de coopération transfrontalière dans le secteur de la santé. En outre, la coordination politique dans la Grande Région a contribué à rétablir la mobilité transfrontalière des frontaliers le plus rapidement possible, et ce, même pendant la pandémie. Par le biais de projets menés en commun sur le support technique pour facilité le traçage des contacts en utilisant l’intelligence artificielle, nous comptons continuer à mettre les compétences de notre région de recherche au service de la lutte contre la pandémie», a dit Roland Theis, Secrétaire d’Etat pour la Justice et pour l’Europe, plénipotentiaire pour les Affaires européennes du Land de Sarre.

Avec plus de 200 000 frontaliers, la Grande Région constitue la plus grande région de frontaliers au sein de l'Union Européenne. Et il subsiste parfois des problèmes juridiques considérables pour ces travailleurs frontaliers, indépendamment des périodes de pandémie, en ce qui concerne des domaines juridiques non harmonisés tels que le droit social ou le droit fiscal. Ces problèmes ont été encore aggravés par la pandémie. Reconnu par les Exécutifs dans la déclaration commune, le travail de la Task Force Frontaliers, dont le financement doit être assuré après la fin du financement Interreg à partir du concept élaboré en commun par la Chambre de travail de la Sarre, constitue une aide précieuse pour remédier à ces problèmes. « Avec la Task Force Frontaliers, nous disposons d'un instrument indispensable pour résoudre de nombreux problèmes quotidiens des habitants de notre région. Le fait que le Sommet se soit prononcé en faveur de sa poursuite représente une heureuse perspective pour les travailleurs transfrontaliers de la Grande Région », a déclaré Roland Theis.

À l'initiative de la présidence sarroise du Sommet 2019/2020, un atelier pré-IBA a été organisé dans le cadre d'un processus participatif avec des participants de diverses disciplines scientifiques, du monde économique et de la société civile pour évaluer les possibilités d'une exposition internationale de l’architecture pour la Grande Région (Internationale Bauausstellung in der Großregion "IBA GR"). Il est suggéré de lancer un processus de plate-forme participative à l'échelle de la grande région, tel un groupe de réflexion pour les questions futures. Cela pourrait apporter ainsi une grande valeur ajoutée à la Grande Région. Les résultats de l'atelier pré-IBA offrent la possibilité d’une meilleure mise en réseau de la société civile et des acteurs scientifiques, économiques et politiques. Ce processus peut contribuer à accroître la visibilité de la Grande Région en tant qu'espace commun de vie et de travail, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.

« La rencontre et la participation ont été les leitmotivs de notre présidence. En raison de la pandémie, nous avons dû changer de formats et de supports. Toutefois, avec beaucoup d'implication et une réelle créativité, nous avons pu défier la crise ensemble et organiser le dialogue et les contacts de manière différente et plus intensive que ce que nous avions prévu avant la crise de la Corona », a déclaré Roland Theis.

Des projets participatifs ont encouragé l'engagement des citoyens, par exemple le projet artistique « La Grande Région en mille couleurs » ou encore le concours photos « Biotopes dans la Grande Région » du Ministère sarrois des Finances et des Affaires Européennes, qui s'adressait aux membres des clubs de photo de la Grande Région. Les 25 plus beaux motifs ont été retenus pour le calendrier mural de la Grande Région 2021, publié par le groupe de travail « Cadastre et

cartographie de la Grande Région » Prés de 2 500 citoyens ont participé au vote en ligne sur le site www.grossregion.net.

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est et futur Président du Sommet de la Grande Région, a lui aussi évoqué de façon positive la coopération durant les deux dernières années et en a profité pour présenter la présidence à venir : « Je tiens d’abord à saluer l’action et l’engagement du Gouvernement sarrois durant ces deux ans de présidence de la Grande Région. Pour la première fois depuis la fusion des Régions françaises, le Grand Est prend la présidence du Sommet. Aujourd’hui, il me semble impératif et urgent d’amplifier davantage le travail d’échanges entre nos exécutifs. La crise épidémique mondiale que nous traversons a dévoilé la nécessité de renouveler nos méthodes de concertation, au niveau international, européen, et au sein de nos régions frontalières. Nous sommes le cœur de l’Europe et nous devons aujourd’hui le crier haut et fort et aller encore au-delà ! Transformer, valoriser, relier et protéger nos territoires, telles sont les quatre orientations majeures que nous déclinerons sous cette présidence de la Région Grand Est. C’est dans cet esprit que nous pourrons faire de la Grande Région un territoire pleinement intégré et un enjeu incontournable pour l’Union européenne. »

La Grande Région est une réalité quotidienne pour plus de onze millions de citoyennes et de citoyens, issus de quatre pays et de cinq régions. Elle recouvre les Länder de Sarre et de Rhénanie-Palatinat en Allemagne, la Lorraine dans la région Grand Est, l’ensemble du Grand-Duché de Luxembourg, ainsi que la Wallonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Communauté germanophone de Belgique.

Retour aux communiqués de presse